Pourquoi et comment expliquer un sujet en vidéo ?

70% des 100 meilleurs résultats de recherche sur Google incluent la vidéo
70% des 100 meilleurs résultats de recherche sur Google incluent la vidéo

Des performances exceptionnelles sur les taux de conversion et le SEO

Bien expliquer un sujet en vidéo permet d’obtenir un taux de conversion sur une page produit de +144%.
70% des 100 meilleurs résultats de recherche sur Google incluent la vidéo.
La vidéo permet aussi de garder l’audience 2 fois plus longtemps sur votre site. Par ailleurs les vidéos sont aussi plus facile à partager sur Facebook, Twitter …

Le script  de la vidéo marketing avant tout

Quand on pense vidéo, on pense visuel/image. Mais le script est une étape essentielle de la création vidéo. L’écriture vidéo , en particulier pour la vidéo de contenu marketing exige de réaliser un véritable travail de synthèse de l’information pour la rendre simple et claire. 

Le schéma général du script est le suivant : 

  • Montrer rapidement le produit et ses fonctionnalités
  • Présenter le problème 
  • Répondre au problème avec le produit/service qui constitue la solution
  • Rassurer avec des témoignages de confiance de clients, des illustrations de cas clients, des récompenses, des liens vers des contenus experts

Les bonnes pratiques pour une vidéo marketing réussie

  • Etre le plus concis possible . Il faut privilégier idéalement les vidéos de moins de 1 minute 30, si possible 30 à 45 secondes.
  • Délivrer le message essentiel  dans les premières secondes
  • Vulgariser le vocabulaire afin de  faciliter la compréhension des messages
  • Le ton est important : un ton décontracté et conversationnel passe souvent bien. Utiliser le   ton pédagogique avec parcimonie. Employer ce ton dans le cas d’un sujet complexe.

Comment savoir si le message est passé et si les internautes ont bien compris l’offre et souhaitent poursuivre la relation avec vous?

  • Première vérification, regarder si les internautes ont visionné la vidéo jusqu’ au bout. 

    Il s’agit de suivre le taux de complétion. Quand les internautes abandonnent avant la fin c’est soit que la vidéo est trop longue, soit que le sujet est mal traité, expliqué de manière complexe ou ennuyeuse, pas assez illustré, trop statique, ne présente pas les enjeux et rentre tout de suite dans un discours orienté fonctionnalité.

  • Ensuite, savoir si la vidéo a engagé son audience.

      Il s’agit de savoir si les internautes ont partagé la vidéo, l’ont likée, commentée. La plateforme VideoEngage de Vidmizer permet de suivre avec précision ces indicateurs et de consolider la donnée provenant de plusieurs supports de publication 

  • Enfin, il est important de profiter du visionnage d’une vidéo pour questionner les consommateurs

    avec des formulaires, soit pour leur proposer de garder par exemple contact en s’abonnant à une newsletter, soit en leur demandant de laisser des infos sur leur besoin ou prendre rendez vous. 

Quelques exemples d’entreprises dont la vidéo explicative a généré un chiffre d’affaires exceptionnel

DROPBOX

Pour Dropbox, leur première vidéo explicative de Dropbox a permis de faire comprendre la solution et a permis de recueillir 10 millions de clients supplémentaires et 48.000.000 $ de revenus supplémentaires. Exemple : https://www.youtube.com/watch?time_continue=136&v=w4eTR7tci6A&feature=emb_logo

Selon le fondateur Drew Houston, la vidéo a attiré des centaines de milliers de personnes sur le site web et généré 4.8 millions de vues. Pour l’entreprise, cela lui a permis de sortir d’une logique d’investissement dans des leviers payants qui n’étaient pas rentables. En effet, les abonnements aux produits leur rapportaient 99$ et ils dépensaient 233 à 388 $ en adwords, programme d’affiliations et autres supports publicitaires.

Une deuxième vidéo publicitaire fut ensuite réalisée par une société spécialisée sur la production de vidéos b to b, et a généré une conversion de 10%, apportant 10 millions de clients supplémentaires  pour à nouveau 48000000 $. 

Dollar Shave Club

La vidéo de Dollar Shave Club a couté seulement 4500$ avec comme acteur le fondateur de l’entreprise Michael Dublin. Cela a généré 12000 nouvelles commandes dans les 2 jours de la publication. Le script a été fait en interne. Le style est audacieux avec un ton qui fait la part belle à l’humour pour séduire son public cible les 20-30 ans. Succès garanti, la vidéo a généré 20 millions de vues. L’entreprise a ensuite été rachetée pour 1 milliards de dollars par Unilever. 

Les formats : témoignage, illustrative, composite, …

Les vidéos peuvent être simples avec par exemple un vendeur ou un expert interviewé en mode témoignage. Ce format peut être captivant si la personne est captivante. Cependant dans la majorité des cas cela ne favorise pas la mémorisation du contenu. La dimension quasi exclusivement verbale limite son efficacité. La même vidéo enrichie d’illustrations, de message, de prises de vue des produits aura beaucoup plus d’effets.  Nous croyons fermement que les bonnes vidéos sont à la fois visuelles et auditives, démonstratives et affirmatives, humaines et illustrées, pédagogiques et entraînantes, synthétiques et descriptives. Or souvent, les marques se limitent à choisir un genre, motion design en fil de fer ou animations. Les consommateurs d’ aujourd’hui sont habitués à voir des contenus qui sont composites, qui intègrent les genres. Les plus gros Youtubers ont bien intégré cela afin de créer un maximum d’engagement. Dans la vidéo elle même, ils appellent à l’engagement : “abonnez vous à la chaîne”, “likez cette vidéo”, “cliquez sur les liens dont je vous ai parlé et découvrez d’autres produits en allant dans la description de la vidéo…

Des résultats engageants

46% des utilisateurs effectuent au moins une action après avoir visionné une annonce vidéo: demander une étude de cas, contacter un expert, transmettre le contenu à un supérieur hiérarchique…Sur le web, ces éléments apportent une réelle valeur ajoutée à l’expérience utilisateur, ce qui se traduit souvent par un meilleur taux d’engagement. Les vidéos explicatives sont très génératrices d’actions. C’est donc un investissement qui vaut la peine.

Où placer les vidéos explicatives

Elles peuvent se placer tout au long des différentes étapes du tunnel de conversion et sur les différents supports online (sites, réseaux sociaux, plateformes vidéos).  

Les vidéos explicatives sur Youtube

Quand on est sur Youtube, on adresse une cible large. Il est intéressant de travailler l’intérêt pour la marque et ses produits en évoquant les principaux “pain points” que la marque peut adresser aux travers de ses produits et solutions. La vidéo permet d’aider à bien remonter en référencement naturel sur des thématiques clés. L’idée est vraiment de faire découvrir la marque à des non initiés et de leur faire prendre conscience qu’elle dispose d’une parole crédible sur le sujet. Il s’agit délivrer de la valeur par exemple en formant l’internaute et en l’aidant à devenir lui même expert. Étant plus expert sur le sujet non seulement il sera reconnaissant d’avoir pu acquérir cette expertise mais aussi il sera plus en mesure d’apprécier l’expertise de la marque et ce qui la différencie de concurrents moins experts. Dans certains cas, les vidéos explicatives sur Youtube peuvent être longues, le sujet doit alors être annoncé dès le début, le format rythmé avec des alternances de prises de paroles interviews, de schémas, d’animation, de messages…

Les vidéos explicatives sur le site internet

Sur votre site internet de marque, les visiteurs sont souvent beaucoup plus qualifiés que sur Youtube.  Il ont déjà de la considération pour votre marque et sont souvent proches de la conversion, et pour certains d’entre eux ils sont déjà clients et reviennent voir par exemple les nouveautés de votre marque ou bien viennent chercher des informations sur l’utilisation de vos produits/solutions. Il est dès lors logique de leur proposer un contenu très ciblé et très segmenté. Déjà introduire les gammes de produits et expliquer comme pourrait le faire un vendeur conseil l’organisation de la gamme, quels produits pour quels usages, quels sont les produits haut de gamme, les entrées de gamme…L’idée n’est pas ici de vendre comme le ferait une publicité mais d’aider le consommateur à trouver le produit le plus adapté à son usage. Apple fait remarquablement bien ce travail avec ces vidéos introductives du produit qui montrent à chaque fois son originalité, le soin apporté à sa réalisation.

Les vidéos sur les réseaux sociaux

Elles doivent délivrer des messages courts, impactantes (quasiment dès la première seconde) pour favoriser la mémorisation au sein d’un flux continu de contenus. Sur Facebook par exemple, la vidéo doit pouvoir être lue instantanément, sans le son. Comme le format est court, il faut par exemple insister sur l’un des arguments du produit plutôt que d’essayer de présenter toute l’argumentation. D’ autres vidéos  suivront et développement pour chacune un autre argument. On va donc expliquer le produit, la solution mais par petite touches. 

2 Shares:
2 comments
Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You May Also Like