Quel est L’enjeu d’une bonne diffusion d’un contenu vidéo ?

Le contenu est un investissement, ne pas le diffuser correctement revient à gaspiller cet investissement.

Selon SearchBrat cité par Stéphane Truphème dans son récent et très complet livre “Content Marketing”, “Si vous avez passé 10 heures à concevoir vos contenus, vous devez passer 10 heures à les promouvoir.”

Des chiffres qui montrent tout l’intérêt d’une bonne diffusion : la vidéo est le media préféré des internautes et des algorithmes

Bien diffuser, c’est déjà diffuser tous vos contenus sur tous les canaux pertinents. Trop souvent, les annonceurs se limitent à diffuser leurs vidéos sur 1 ou 2 canaux (Youtube + Facebook par exemple). Or, il est très intéressant de publier en multicanal. Envoyer une vidéo par email permet d’avoir un gain de 200 à 300% en terme de clics. Intégrer une vidéo sur une landing page de son site permet d’augmenter la conversion de 80%. En terme d’achat, intégrer une vidéo permet d’augmenter l’intention d’achat de 64%.

Adopter les bonnes pratiques : mixer inbound & outbound vidéo marketing

Il est essentiel de se rendre disponible et accessible. Dans l’écosystème large et complexe du web, il faut à la fois se rendre accessible aux internautes qui font des recherches sur une thématique sans nécessairement avoir connaissance de votre offre et informer ceux qui vous connaissent déjà et ont manifesté leur intérêt pour  votre entreprise.  La bonne pratique en vidéo est donc de mixer Inbound et Outbound marketing. Les deux stratégies se complètent. 

L’inbound marketing vidéo : être présent partout en vidéo et surtout sur ses propres sites

En inbound marketing l’important est d’occuper le terrain. Il faut assurer une présence sur les moteurs de recherche. Or on sait aujourd’hui, que les moteurs de recherche donnent une part belle à la vidéo. Les marques qui utilisent la vidéo obtiennent en moyenne +41% de trafic en provenance du search. La stratégie gagnante consiste à donner une information la plus complète possible sur un ensemble aussi large que possible de produits et services, et ceci en vidéo, dans des formats courts mais très complets. Une entreprise comme Asos dans le secteur de la mode a décidé de passer ses 4000 produits en vidéo. En passant ainsi tout son catalogue produit en vidéo, elle permet à celui-ci de remonter dans les moteurs de recherches sur un champ très large de requêtes très spécifiques. Or les requêtes spécifiques ont d’excellents taux de transformation. En effet, elles correspondent à des internautes déjà assez avancés dans le tunnel de conversion, c’est à dire proches de l’achat. 

 

En inbound marketing vidéo, il est important de choisir les bons mots clés pour les vidéos, de travailler titres, descriptif, vignettes, sous titres, tags et de mettre des call to action à la fin des vidéos. En procédant ainsi, les vidéos se positionnent au plus près des tendances de recherche. Il est même possible d’adopter des tactiques d’opportunités, en élargissant à bon escient le champ lexical pour se positionner sur des requêtes qui auraient pu amener naturellement les internautes vers les produits de la concurrence.

 

Dans cet univers de l’inbound marketing, on ne sait pas précisément à quel moment l’internaute effectuera une recherche mais l’idée est d’avoir une présence suffisamment forte sur les moteurs de recherche pour que le filet déposé ne laisse pas passer le poisson .

Pour gérer cette multitude de vidéos, les professionnels du marketing sont vite assez limités s’ils gèrent cela manuellement. Les unes après les autres toutes les marques passent la majorité de leur contenu texte en vidéo, car c’est ce qu’attendent les internautes. 

Devant désormais gérer tous ces “assets”, les professionnels en entreprise doivent optimiser leur temps et éviter les lourdes tâches manuelles à très faibles valeur ajoutée alors même qu’il leur est demandé d’apporter de la valeur, ce qui demande de passer le temps sur l’analyse et l’optimisation en temps réel de la performance de ces vidéos. 

Il est important d’optimiser et d’automatiser les publications. En publiant sur les différents sites internet et blogs de la marque, en créant des webtv et des portails vidéo, l’entreprise permet au consommateur de trouver l’information dont il a besoin sans nécessairement devoir aller chercher du contenu vidéo à l’extérieur sur des plateformes comme Youtube. Sur Youtube l’internaute trouvera bien sure beaucoup de contenu disponible car Youtube est le deuxième moteur de recherche après Google mais la marque se trouve mise au même niveau que tous ses concurrents, et c’est un univers où le consommateur risque de s’égarer,  de quitter le territoire de la marque ou d’être dilué dans le flot d’information, c’est donc à envisager comme un risque.  

Au contraire sur ses sites internet, la marque peut construire un ensemble cohérent de contenus vidéos qui peuvent se répondre et s’enrichir mutuellement. En disposant d’un player en propre plutôt qu’en utilisant un player Youtube, elle maintient les internautes dans le tunnel de conversion et évite une sortie prématurée de l’internaute attiré par l’idée d’aller poursuivre sa visite sur Youtube. Ce n’est pas cohérent de laisser le consommateur partir sur Youtube alors même que l’annonceur investit souvent massivement dans des campagnes online (achat de bannières, adword, retargeting, programmatique) qui sont destinées à générer du trafic sur son site.

Outbound Marketing vidéo : des places à prendre, des opportunités de leaders

Cette stratégie complémentaire de l’inbound consiste à diffuser régulièrement du contenu  sur les différents médias sociaux en respectant les spécificités de chacun. En effet, en tant que marque, il est important d’assurer une présence permanente sur ces supports. Quel est le problème actuellement ? Il faut gérer dynamiquement cette présence ce qui implique de publier très souvent, d’actualiser les publications, d’analyser en temps réel les résultats et lorsqu’ils ne sont pas bons de vite optimiser les publications, par exemple raccourcir les vidéos, changer les vignettes, revoir les mots clés, changer les descriptions, republier la vidéo dans un format différent et toucher ainsi une nouvelle audience. On voit ainsi qu’un même contenu peut avoir plusieurs vies. Un même contenu vidéo peut sans problème être republié 5 à 10 fois sans saturer l’audience. A chaque publication, le contenu ne touche qu’une partie de l’audience (5 à 10 %), le republier à l’identique permet généralement de toucher ceux qui n’ont pas été touchés la première fois. Changer le format, le ciblage, la vignette permet d’adresser une toute nouvelle audience, changer le timing de la publication aussi. Par ailleurs, garder la traçabilité des actions effectuées est essentiel car ces tâches sont effectuées en équipe et il est important que l’ensemble des parties prenantes de l’organisation puissent avoir connaissance des publications effectuées et que les résultats obtenus puissent être collectivement partagés.  

Aujourd’hui le contenu prend le pas sur la publicité. Les internautes sont de plus en plus réfractaires aux contenus publicitaires. Produire un contenu vidéo de qualité et bien le diffuser devient un enjeu pour les marques. Celles qui réussissent dans cette tâche pourront devenir des leaders au niveau mondial, pourront accueillir les meilleurs talents, convaincre un nombre toujours plus important de clients d’acheter leurs produits ou services. Des pans entiers de business dépendront de la qualité des publications effectuées, de la récurrence de celles-ci, de la qualité des analyses et des optimisations réalisées, de la quantité de lead collectés à la fin des vidéos. 

Dans les années 2000, avec l’arrivée du référencement des contenus textes des sites web sur les moteurs de recherche une révolution similaire s’était déjà produite. Tous ceux qui n’ont pas su percevoir la vitesse de cette révolution se sont retrouvés littéralement déclassés alors même que de nouveaux acteurs plus clairvoyant ont saisi l’opportunité pour prendre les places de leader. 

Aujourd’hui un mouvement d’ampleur encore plus massive se produit avec la vidéo. Les places sont à prendre, l’enjeu est là, les moyens doivent être engagés pour assurer le portage du contenu texte en vidéo et ensuite diffuser efficacement tout ce contenu.

Plateforme marketing vidéo : indispensable pour accélérer le trafic, l’engagement et les ventes au service de votre stratégie et garder chez soi data et contenu

Côté équipement les solutions Saas telles que celle que nous proposons chez Vidmizer avec la solution VideoEngage ne remplaceront jamais une réflexion stratégique sur le métier, sur l’offre, sur l’audience, et sur les services attendus. En revanche, elles permettent d’automatiser les publications, de faciliter les analyses, de ne pas égarer le contenu, de collaborer efficacement au sein des équipes et de se concentrer sur les enjeux propres à l’entreprise, cela dans le cadre d’une transformation digitale qui fait du web un support de plus en plus déterminant pour trouver des clients. En outre, nous avons la conviction que cela permet d’assurer un “empowerment” du client qui le place en situation de maîtrise de sa data. La data est le pétrole du XXIème siècle, il ne faut pas laisser toute la data chez les partenaires, GAFA ou autres, quelque soit la qualité de ceux-ci. L’entreprise doit avoir la maîtrise totale de son business.

 

0 Shares:
Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You May Also Like